Le mouvement impressionniste est né dans la seconde moitié du XIXe siècle et se caractérise par l’ utilisation particulière de la lumière (dans la plupart des cas réfléchie sur l’eau et les miroirs), ainsi que par le type de coup de pinceau (rapide et vibré). Créer un tableau inspiré de Monet , Manet, etc. Il est alors fondamental de «saisir l’impression» (d’où le nom du mouvement) et le sentiment qu’un scénario donnéparvient à suggérer au peintre. Il devient donc nécessaire de s’en tenir aux principes de base, les mêmes énumérés dans la suite de ce petit guide intitulé “5 règles pour peindre un tableau impressionniste”.

Le choix du sujet

Tout d’abord, il est essentiel de choisir le sujet à peindre et d’observer ses variations en correspondance avec les différentes intensités de lumière qui se produisent inévitablement au cours des différentes heures de la journée (vous souvenez-vous de Monet et de l’étude préliminaire sur la cathédrale de Rouen? agir de la même manière). Si vous pouvez opter pour quelque chose qui est proche de miroirs ou d’étendues d’eau. Cette étude préliminaire vous permettra de vous faire une idée des couleurs dominantes et, par conséquent, de capturer à travers elles “une impression” plutôt qu’une autre (peindre clairement un lac à l’aube, au coucher du soleil, en pleine nuit ou pendant la journée proposera différentes sensations à l’observateur).

Réaliser le dessin préparatoire

Une fois cette étude préliminaire réalisée, il sera possible de passer à l’aspect factuel. Une fois que vous avez choisi l’orientation de la toile, commencez à tracer les soi-disant lignes directrices de la peinture. Veillez à effectuer l’opération en utilisant une couleur assez neutre que vous pourrez ensuite facilement camoufler dans une phase ultérieure. Pour terminer cette phase, il est essentiel de tracer votre croquis et de l’observer plusieurs fois à moyenne / longue distance afin d’évaluer son effet global. À ce stade, n’oubliez pas de combiner la couleur de la térébenthine.

Choix du coup de pinceau

Souvenez-vous de la leçon des grands impressionnistes: dans les limites de ce type de peinture, vous devrez toujours donner des coups de pinceau très doux, presque insaisissables lorsque vous représentez les parties naturelles du paysage: le ciel, les étendues d’eau, les plantes, etc. auront toujours des contours évanescents. Au lieu de cela, tout ce qui a été artificiellement placé à l’endroit choisi par vous par la main humaine sera toujours représenté avec des contours plus définis et suivant une ligne beaucoup plus décisive. Une fois que vous avez pris en compte ces informations, choisissez également les types de signes que vous souhaitez laisser sur le canevas (tirets, hachages, etc.); ne jamais combiner plus de deux, sinon votre image apparaîtra désagréablement déroutante.

Choix du coup de pinceau

Souvenez-vous de la leçon des grands impressionnistes: dans les limites de ce genre de peinture, vous devrez toujours donner des coups de pinceau très doux, presque insaisissables lorsque vous représentez les parties naturelles du paysage: le ciel, les étendues d’eau, les plantes, etc. auront toujours des contours évanescents. Au lieu de cela, tout ce qui a été artificiellement placé à l’endroit choisi par vous par la main humaine sera toujours représenté avec des contours plus définis et suivant une ligne beaucoup plus décisive. Une fois que vous avez pris en compte ces informations, choisissez également les types de signes que vous souhaitez laisser sur le canevas (tirets, hachages, etc.); ne jamais combiner plus de deux, sinon votre image apparaîtra désagréablement déroutante.

L’utilisation des couleurs

Lorsque vous mettez toutes les couleurs dont vous avez besoin sur la palette, rappelez-vous que les impressionnistes n’avaient pas l’habitude de mélanger et de ne pas estomper les teintes. Leurs peintures laissent en effet l’œil de l’observateur délimiter les limites de chaque objet. Pour obtenir cet effet, rappelez-vous, c’est un dispositif fondamental pour ce type de peinture, de combiner les couleurs selon les lois de l’optique: sachez que, par exemple, en rapprochant deux objets, dont l’un est bleu et l’autre est rouge, surtout si vous allez créer l’image en utilisant des tirets colorés, l’œil humain aura tendance à fusionner les deux couleurs (au moins en certains points) et à voir le violet (même si vous ne l’avez pas utilisé). Ce principe va donc réguler le rendu des nuances.

 

Aération et émotion

Autre aspect technique à ne pas sous-estimer: les impressionnistes peignent en plein air. Si possible, suivez l’enseignement. Sinon, veillez à réaliser votre chef-d’œuvre dans une pièce suffisamment ventilée, surtout si, comme cela est souhaitable par ailleurs, vous utiliserez des peintures à l’huile. Enfin, rappelez-vous toujours que la peinture, bien que raisonnée et issue d’une bonne connaissance des principes de l’optique, est toujours quelque chose d’instinctif: ne négligez donc pas vos émotions qui, comme l’art le commande, doivent toujours briller à travers une bonne image.