En passant par les salles d’exposition de la Galerie des Offices, vous rencontrerez une variété cohérente de parcours thématiques, qui vous permettront de retracer les étapes marquantes de l’histoire de l’art et de ses protagonistes. Le musée des Offices possède une histoire ancienne et prestigieuse, une circonstance qui augmente le charme d’un lieu qu’il faut absolument visiter si l’on arrive à Florence. Fondée dans la seconde moitié du XVIe siècle par le duc Cosimo Ier, la Galerie des Offices est l’un des musées les plus visités et les plus connus au monde, avec une collection de chefs-d’œuvre allant de Giotto aux grands maîtres de la peinture du XVIIIe siècle.

L’histoire du Musée des Offices

L’histoire du musée trouve ses racines dans la Renaissance florentine et doit sa naissance à Cosimo I de Medici (1519-1574) qui, après la mort d’Alessandro de Medici (1532-1537) des mains de son cousin Lorenzino, a pris le pouvoir à Florence et le titre ducal. Cosimo, fils du chef Giovanni delle Bande Nere (1498-1526) et de Maria Magdalena Romola Salviati (1499-1543), prouve sans tarder qu’il est un monarque capable, acceptant une politique de conquête territoriale et des accords avec l’Empire et la Papauté. Après s’être installé dans l’ancien bâtiment municipal du Palazzo Vecchio, Cosimo Ier, dans l’intention de le flanquer d’un nouveau siège du gouvernement, a commandé en 1560 la construction du complexe monumental des “Offices”, dans le but d’accueillir en un seul lieu les bureaux administratifs et judiciaires de Florence. La construction et la décoration du palais furent d’abord confiées, entre 1540 et 1555, à l’architecte et sculpteur Giovanni Battista del Tasso (1500-1555) et seulement plus tard à Giorgio Vasari (1511-1574), qui eut le mérite de célébrer avec son art les exploits du duc et ceux de nombreux autres hommes illustres. Le bâtiment avait trois niveaux : à l’étage supérieur étaient reléguées les activités artisanales, les usines, les ateliers d’artistes et les ateliers ; au premier et au deuxième étage, les magistratures florentines (Neuf conservatoires du domaine et de la juridiction florentine, l’Art des marchands, l’Art du changement, l’Art de la soie, l’Art des médecins et des apothicaires, l’Université des fabricants et la Cour des marchands, Officiers de l’honnêteté, le Decime e Vendite, les Officiers de Grascia, le Magistrato dei Pupilli, les Conservatori di Leggi et le Commissari delle Bande), dont la présence est encore attestée par l’existence de symboles et d’inscriptions sur les architraves. Les niches vasariennes, destinées à abriter les sculptures, ne furent habitées qu’à partir du XVIIIe siècle : vingt-huit statues de Giotto à Galileo Galilei, de Machiavel à Michel-Ange exaltaient la grandeur du génie toscan. Le plâtre blanc, typique de la tradition florentine, alterne avec la pierre pietra serena qui, provenant de la vallée de Mensola, était si précieuse qu’elle n’était disponible qu’avec une licence des souverains, a été utilisée pour la construction des portails et des côtes du complexe. Le noble escalier vasarien, avec ses 126 marches de pietra serena, ne menait qu’au premier étage du complexe, en s’arrêtant au vestibule du théâtre de la cour des Médicis. De l’ancien théâtre de la cour, érigé par Bernardo Buntalenti (1531-1608) en 1585, il reste sur le palier l’ancien portail de marbre qui introduisait le théâtre, aujourd’hui utilisé comme “Cabinet des dessins et des estampes”, et les trois portes, dont l’une, la centrale, affiche les armoiries des Médicis, des lis florentins et les emblèmes du prince, comme le laurier et son signe astrologique, le bélier. En vue du mariage de son fils François avec Jeanne d’Habsbourg (1547-1578), en 1565, Cosimo Ier chargea finalement Vasari de créer une passerelle privée et exclusive, privée et exclusive, qui permettrait au prince, à partir du palais royal, de traverser la ville sans escorte armée sur près d’un kilomètre. La promenade vasarienne, construite en quelques mois, longeait les Offices, et s’insérait au cœur des maisons et des palais, jusqu’à ce qu’elle mène aux jardins de Boboli. Le pape Pie V, par la bulle papale du 13 décembre 1569, accorde à Cosimo le titre et la couronne grand-ducale. “Le couronnement proprement dit, qui a eu lieu à Rome le 5 mars de l’année suivante, a été l’un des derniers actes officiels du nouveau Grand-Duc, qui avait déjà nommé son fils aîné Francesco régent des affaires intérieures de l’État en 1564” (TUENA). Au XVIIe siècle, le cardinal Leopoldo de’ Medici (1617-1675) a créé le “Cabinet des dessins et des estampes”, l’un des plus importants noyaux graphiques du monde. Lorsque la famille lorraine est arrivée au pouvoir au XVIIIe siècle, Pietro Leopoldo a décidé de créer une nouvelle entrée publique dans la galerie, finalement ouverte selon la pensée moderne des Lumières. Ainsi, le Palais des Offices est devenu – en termes modernes – le premier musée de l’histoire occidentale. L’arrangement actuel s’inspire de la mise en page originale du Grand-Duc François Ier.

La Tribune

Les travaux pour la construction de la Tribune ont commencé sous la supervision de Bernardo Buontalenti, en 1584. “Il est habituel de considérer la Tribune comme un développement conséquent de l’idée de Studiolo. Mais l’idée qui a donné naissance à la Tribune, sa fonction ultérieure et la disposition des objets exposés en font quelque chose de très différent. La Tribuna est plutôt la réduction d’un musée et, plus précisément, la réduction de la Galerie des Offices […] un espace d’exposition, destiné à montrer plutôt qu’à conserver ; plus une salle de représentation qu’un lieu privé” (TUENA). La salle de forme octogonale rappelait la Tour des vents d’Athènes (“horologion”), puisque le chiffre huit est le nombre cosmique des vents. La structure de la Tribune évoque un ordre transcendantal dans lequel les emblèmes du prince ont été insérés et légitimés. Les couleurs rouge, bleu et or font allusion aux quatre éléments de la nature : le symbole de l’air est rappelé par la rose des vents placée dans la lanterne d’où filtre la lumière naturelle, le dôme orné de coquillages rappelle l’eau, le rouge des murs fait référence au feu, tandis que la terre est célébrée par le marbre du sol. “À travers la lanterne, une girouette en fer indiquait également la direction du vent à l’intérieur de la Tribune : et déjà cette relation directe avec le monde extérieur devrait faire réfléchir ceux qui font dériver la Tribune directement du studiolo (TUENA). Certains des plus importants artistes de la cour ont contribué à la décoration du petit temple : Benvenuto Cellini, Bartolomeo Ammannati (1511-1592), Giambologna (1509-1608), Vincenzo Danti (1530-1576), Lorenzo della Nera et Vincenzo de Rossi (1525-1587).

La collection de la Galerie des Offices

Il n’est pas facile de reconstituer l’évolution des collections des Médicis après l’entrée de Charles VIII à Florence en novembre 1494. La dispersion de la collection ne s’est pas produite, comme beaucoup le croient, avec le sac du palais, mais a suivi une série de divisions héréditaires et de problèmes économiques complexes, désintégration qui a eu lieu jusqu’à ce qu’un gouvernement durable soit établi à Florence. Entre 1546 et 1561, le duc achète deux riches collections de médailles. Il n’a pas laissé l'”Arringatore” s’échapper et a fait tout son possible pour obtenir la statue du Scythe. Il écrit en mars 1563 : en 1565, il commande au graveur Giovanni delle Corniole (1516-1566) la sculpture à l’effigie de Savonarole et achète plus tard le camée en pierre étoilée représentant un serpent roulé. À la mort de Cosimo en 1574, la collection comptait plus de quatre-vingts vases, anciens et modernes, en pierre dure. Le duc s’était engagé à racheter les collections de Laurent de Médicis, l’empêchant d’entrer dans le patrimoine de Marguerite d’Autriche (1522-1586), épouse du duc Alessandro, qui avait épousé Ottavio Farnèse (1524-1586). Peu aimé de ses sujets et peu habitué à la politique, Francesco élargit la collection des Médicis : en 1575, il achète la collection de l’évêque de Viterbe Gualtiero, collection qui comprend le camée connu sous le nom d'”Entrée triomphale”. Lorsqu’en 1581, Francesco Ier établit le premier noyau de la galerie avec la collection d’art familiale, il intervint en transformant les salles du dernier étage en salles d’exposition, auxquelles on ne pouvait accéder que par les entrées privées du Palazzo Vecchio. Actuellement, les salles d’exposition du musée accueillent les plus grands chefs-d’œuvre sculpturaux et picturaux italiens et européens. Les salles consacrées à l’art médiéval comprennent la “Majesté de la Sainte Trinité” (1290-1300) de Cimabue, la “Majesté de la Toussaint” de Giotto, la “Madone Rucellai” (1285) de Duccio di Buoninsegna, l'”Annonciation entre les Saints Ansano et Massima” (1333) de Simone Martini et Lippo Memmi, la “Présentation au Temple”. (1342) d’Ambrogio Lorenzetti et le “Retable de la Sainte Humilité” (1341) de Pietro Lorenzetti. Le gothique international se prononce à travers : “Le couronnement de la Vierge” (1414) de Lorenzo Monaco, “L’adoration des mages” (1423) de Gentile da Fabriano ; tandis que la salle consacrée à la Renaissance présente des chefs-d’œuvre tels que la “Sant’Anna Metterza” de Masolino (1424-1425), la “Bataille de San Romano” (1438) de Paolo Uccello, le “Printemps” de Botticelli (1432), le “Baptême du Christ” (1475-1478) de Leonardo et Verrocchio, le “Double Portrait des ducs d’Urbino” (1465-1472) de Piero della Francesca, le “Triptyque Portinari” (1477-1478) de Hugo van der Goes, le “Deuil et enterrement du Christ” (1460-1463) de Rogier van der Weyden.