Dans le sud-ouest de la France, l’Espace Darwin de Bordeaux propose un mélange de street art, de technologie et de développement durable. Qui ne voudrait pas se perdre dans un labyrinthe de street art ?

Historique de l’Espace Darwin de Bordeaux

 La ville viticole de Bordeaux est l’une des plus attractives des destinations de vacances en France pour les amateurs d’art. Malgré un passé historique assez pertinent, la capitale de l’Aquitaine a développé un style moderne et durable dans ses environs avec des bâtiments tels que l’espace Darwin. Créée en 1850, la caserne Niel, également connue, est passée du statut d’ancien complexe militaire à celui de projet novateur sous l’impulsion de Philippe Barre. Ce lieu futuriste situé de l’autre côté de la Garonne reflète l’évolution technologique avec des espaces de travail éco-responsables qui optimisent la consommation d’énergie. Un paradis créatif ouvert à un public jeune, dynamique et informel qui cherche à stimuler ses cinq sens en faisant du skateboard, en regardant des graffitis ou simplement en respirant les bonnes vibrations de ce site. Skatepark et lieu de travail ne coïncident pas forcément mais ce qui rend cet endroit unique. Plusieurs activités y sont disponibles.

Un espace dédié à la culture urbaine

L’art urbain est présent à chaque coin de cet immense complexe, avec des artistes tels que Alber V Times, Zarb, Raphaël Lanzani ou David Selor. Parmi les illustrations les plus originales figure celle de l’ours polaire minimaliste de Zarb, une composition tricolore en noir, blanc et crème qui dépeint l’une des espèces les plus menacées face au changement climatique. Alber V Times partage ses créations avec des messages tels que “la solidarité est un devoir” et avec des portraits expressifs composés de couleurs vives où les lignes noires n’existent pas. Un autre style assez caractéristique est celui de l’artiste David Salor et de son renard Mimil.

Ce personnage imaginaire est représenté dans plusieurs zones de la caserne sous la forme d’une bande dessinée géante. Avec des messages comme “j’aurais voulu être un chat”, Salor partage un style unique dans des tons pastel. Dans cette jungle artistique, on retrouve également le style abstrait de Raphaël Lanzani avec des illustrations et des mosaïques polychromes sur fond noir.

Une union entre la technologie et l’écologie

L’univers Darwin est un écosystème respectueux de l’environnement. C’est tout un parcours où les ateliers d’artistes, les startups technologiques et les agences de création partagent l’idéologie “nowat” de la basse consommation ainsi que celle du développement durable et du recyclage des espaces. On pourrait dire que la veine aortique de l’espace de Darwin est l’installation “vortex” conçue par Pierre Schneider et François Wunschel. Ce genre de pont organique en bois relie deux espaces de l’ancienne caserne tout en étant éclairé par des traînées de lumière qui simulent des impulsions électromagnétiques.

Composé de toute une série de caractéristiques innovantes, le projet Darwin est devenu non seulement un centre d’intérêt touristique mais aussi un exemple à suivre, puisqu’il a pris les mesures nécessaires pour coexister avec notre planète de manière respectueuse. Les locations de salles sont ouvertes pour les professionnels qui veulent s’installer dans cet écosystème bio. Si vous êtes de passage, vous trouverez facilement des informations pour un hôtel ou la location de chambres dans le quartier. Si vous êtes en famille, les enfants pourront s’initier au skate sur place.